“Au final, le plus raciste de tous, c’est pas Dieu ?”

par Sep 23, 2019Apologia Doctrine, Bible0 commentaires

Titre choquant, mais c’est (de mémoire) mot pour mot la question que m’a posée une collègue récemment (que je remercie au passage d’avoir inspiré ce post et d’avoir déjà écouté ces arguments avec bienveillance). Pendant ses études littéraires, s’étant donnée pour objectif de lire la Bible (ce que peu font aujourd’hui), elle a buté sur le commandement de Dieu de massacrer les peuples de Canaan, ce qui en faisait, selon elle, un raciste génocidaire.

Cela me rappelle la phrase mortellement hilarante des athées qui disent : “Lire la Bible, c’est la façon la plus facile pour arrêter d’y croire.”

Ce que je répondrais à cet athée spirituel (pour faire un jeu de mot oxymoronique), c’est que “lire la Bible sans compréhension du contexte et sans relier les points pour voir qu’il y a une raison/motivation différente que celle présumée par le lecteur, c’est la meilleure façon de se réconforter dans ses préjugés, ou de perdre une foi superficielle.” C’est pour cela qu’il ne faut pas faire des raccourcis. Comme avec cette phrase. Elle est bien moins tordante que celle précédente. Mais elle a l’avantage d’être bien plus nuancée. Comme l’est la Bible. Et ce n’est pas pour autant que le chrétien ou la Bible n’ont pas de sens de l’humour ! Mais je me perds dans une question pour un prochain post.

Notre ascendance ne remonte qu’à un seul couple

Commençons au commencement. La Bible nous donne le fondement de l’antiracisme auquel tout antiraciste incroyant croit, même s’il le rejette, sciant ainsi la branche sur laquelle il se tient.

26 Puis Dieu dit: Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu’il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre. 27 Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il les créa mâle et femelle. 28 Dieu les bénit, et Dieu leur dit: Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et assujettissez-la; et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre. Genèse 1.26-28

Tout être humain, selon la Bible, est descendant d’Adam et d’Ève, les hommes autant que les femmes et porte l’image de Dieu sur soi.

Tout être humain est mon cousin lointain. L’humaniste non-chrétien ne pourra jamais avoir cette certitude dans sa vision du monde. Le chrétien, lui, l’a.

L’invasion de Canaan n’a pas de motivations raciales

On nous dira : “Oui, mais alors, comment expliques-tu l’invasion de Canaan d’un peuple monoethnique qui en détruit des autres ? N’est-ce pas génocidaire et racial ?” Mais quelle est la raison derrière cette injonction ? Est-ce que Dieu dit : “Il faut les détruire parce que je n’aime pas leurs gènes, leur couleur de peau, leur langue ?” Non. Bien qu’il commande à Josué de les détruire, la raison n’est pas génétique, mais morale. Dans la Genèse, Dieu parle de ces événements à Abraham avant qu’ils n’aient lieu.

“Sache que tes descendants seront étrangers dans un pays qui ne sera point à eux; ils y seront asservis, et on les opprimera pendant quatre cents ans. 14 Mais je jugerai la nation à laquelle ils seront asservis, et ils sortiront ensuite avec de grandes richesses. 15 Toi, tu iras en paix vers tes pères, tu seras enterré après une heureuse vieillesse. 16 A la quatrième génération, ils reviendront ici; car l’iniquité des Amoréens n’est pas encore à son comble. Genèse 15.13-16

Les Amoréens sont parmi les peuples de Canaan. Dieu leur donne 400 ans pour se repentir et changer leurs pratiques. Il est patient envers nous aussi, et nos cultures qui Lui sont rebelles. Plus tard, il rappelle aux Israélites ce fait :

4 Lorsque l’Éternel, ton Dieu, les chassera devant toi, ne dis pas en ton cœur: C’est à cause de ma justice que l’Éternel me fait entrer en possession de ce pays. Car c’est à cause de la méchanceté de ces nations que l’Éternel les chasse devant toi. 5 Non, ce n’est point à cause de ta justice et de la droiture de ton cœur que tu entres en possession de leur pays; mais c’est à cause de la méchanceté de ces nations que l’Éternel, ton Dieu, les chasse devant toi, et c’est pour confirmer la parole que l’Éternel a jurée à tes pères, à Abraham, à Isaac et à Jacob. Deutéronome 9.4-5

Il les met en garde eux aussi de ne pas se vanter de leur supériorité car ils sont enclins à se rebeller contre Lui, ce qu’on voit dans le reste de la Bible. Cela nous révèle quelque chose sur notre propre coeur. Nous tous sommes coupables.

L’homogénéité du peuple d’Israël n’est pas ce qu’on croit

Le peuple d’Israël d’ailleurs n’est pas purement homogène à cette époque-là. On sait que “les enfants d’Israël partirent de Ramsès pour Succoth au nombre d’environ six cent mille hommes de pied, sans les enfants. Une multitude de gens de toute espèce montèrent avec eux” (Exode 12.38), au moment où ils quittèrent l’Égypte. Des personnes de toutes nationalités s’étaient converties au Dieu d’Israël.

Non seulement, mais quand Josué envoie des espions, ils sont protégés et sauvés par Rahab, la prostituée de Jéricho. Elle montre sa crainte de Dieu :

L’Éternel, je le sais, vous a donné ce pays; la terreur que vous inspirez nous a saisis, et tous les habitants du pays tremblent devant vous. 10 Car nous avons appris comment, à votre sortie d’Egypte, l’Éternel a mis à sec devant vous les eaux de la mer Rouge, […] car c’est l’Éternel, votre Dieu, qui est Dieu en haut dans les cieux et en bas sur la terre. 12 Et maintenant, je vous prie, jurez-moi par l’Éternel que vous aurez pour la maison de mon père la même bonté que j’ai eue pour vous. 13 Donnez-moi l’assurance que vous laisserez vivre mon père, ma mère, mes frères, mes sœurs, et tous ceux qui leur appartiennent, et que vous nous sauverez de la mort. Josué 2.9-13

Rahab a fait ce que les habitants de Jéricho auraient pu faire s’ils s’étaient repentis. Et elle devient une femme israélite, qui sera par la suite arrière-grand-mère du roi David et du Messie lui-même (cf. Matthieu ch.1).

Plus tard, une autre femme dans cette lignée, Ruth la Moabite, peuple méprisé par les Israélites, est incluse dans le peuple d’Israël. L’uniformité de ce peuple n’est pas génétique, mais religieux. C’est le peuple qui “lutte avec Dieu” (Israël).

Jonas et Ninive – un exemple de racisme dans la Bible

Mais encore plus tard dans l’histoire biblique, un texte important nous montre le coeur de Dieu pour les nations et sa haine du racisme. Il envoie un prophète, Jonas à prêcher la repentance au peuple de Ninive, la capitale d’Assyrie. Jonas part dans le sens opposé, il refuse d’obéir à l’Éternel. Il a de bonnes raisons : les Assyriens étaient un peuple guerrier terrifiant, qui torturait ses ennemis vaincus de façon abominable. Ils étaient les ennemis d’Israël et Jonas ne voulait pas leur donner l’opportunité de se repentir. Dieu finalement le force à aller dans la ville et se repentir. Leur réaction est de s’humilier devant Dieu et il leur laisse la vie sauve. Jonas est furieux. 

1 Cela déplut fort à Jonas, et il fut irrité. 2 Il implora l’Éternel, et il dit: Ah! Éternel, n’est-ce pas ce que je disais quand j’étais encore dans mon pays? C’est ce que je voulais prévenir en fuyant à Tarsis. Car je savais que tu es un Dieu compatissant et miséricordieux, lent à la colère et riche en bonté, et qui te repens du mal. 3 Maintenant, Éternel, prends-moi donc la vie, car la mort m’est préférable à la vie. Jonas 4.1-3

Jonas refuse d’obéir Dieu car il sait qu’il est gentil ! Il quitte alors la ville et espère que Dieu va la détruire quand-même. Dieu lui donne une plante pour le protéger du soleil alors qu’il est dans son box VIP pour assister (il espère) à la destruction de la ville. Puis Dieu détruit la plante et Jonas se met encore en colère.

9 Dieu dit à Jonas: Fais-tu bien de t’irriter à cause du ricin? Il répondit: Je fais bien de m’irriter jusqu’à la mort. 10 Et l’Éternel dit: Tu as pitié du ricin qui ne t’a coûté aucune peine et que tu n’as pas fait croître, qui est né dans une nuit et qui a péri dans une nuit. 11 Et moi, je n’aurais pas pitié de Ninive, la grande ville, dans laquelle se trouvent plus de cent vingt mille hommes qui ne savent pas distinguer leur droite de leur gauche, et des animaux en grand nombre ! Jonas 4.9-11

Dieu a compassion de ce peuple, qui est ignorant. Et il veut que Jonas, son prophète ait compassion aussi.

Dieu juge son peuple élu d’une façon analogue aux Cananéens

Plus tard encore, Dieu juge Israël ! Il se montre lent à la colère avec eux, leur donnant aussi des centaines d’années pour se repentir. Il leur envoie prophète après prophète mais au final, il les juge aussi. Ainsi s’accomplissent Lévitique 18 et Deutéronome 29:

28 Prenez garde que le pays ne vous vomisse, si vous le souillez, comme il aura vomi les nations qui y étaient avant vous. 29 Car tous ceux qui commettront l’une de ces abominations seront retranchés du milieu de leur peuple. Lévitique 18.28-29

24 toutes les nations diront: Pourquoi l’Éternel a-t-il ainsi traité ce pays? […] 25 Et l’on répondra: C’est parce qu’ils ont abandonné l’alliance contractée avec eux par l’Éternel, le Dieu de leurs pères, lorsqu’il les fit sortir du pays d’Egypte; 26 c’est parce qu’ils sont allés servir d’autres dieux et se prosterner devant eux, des dieux qu’ils ne connaissaient point et que l’Éternel ne leur avait point donnés en partage. 27 Alors la colère de l’Éternel s’est enflammée contre ce pays, et il a fait venir sur lui toutes les malédictions écrites dans ce livre. 28 L’Éternel les a arrachés de leur pays avec colère, avec fureur, avec une grande indignation, et il les a jetés sur un autre pays, comme on le voit aujourd’hui. Deutéronome 24-28

Ceci nous montre que Dieu, bien qu’il ait élu ce groupe pour accomplir ses desseins, ne leur donne pas un traitement de faveur à cause de qui ils sont. Il leur a fait grâce, mais il maintient ses promesses.

Dieu a un plan pour les nations

Le but de la descendance d’Abraham, c’était toujours d’être une bénédiction pour les nations (Genèse 12.3) et racheter l’humanité déchue en Adam. En Christ, les promesses données à Abraham sont accomplies et sont offertes aux nations, de la même façon qu’elles sont offertes à Rahab et Ruth lors de l’ancienne alliance. L’apôtre Paul nous dit :

11 C’est pourquoi, vous autrefois païens dans la chair, appelés incirconcis par ceux qu’on appelle circoncis et qui le sont en la chair par la main de l’homme, 12 souvenez-vous que vous étiez en ce temps-là sans Christ, privés du droit de cité en Israël, étrangers aux alliances de la promesse, sans espérance et sans Dieu dans le monde. 13 Mais maintenant, en Jésus-Christ, vous qui étiez jadis éloignés, vous avez été rapprochés par le sang de Christ. 14 Car il est notre paix, lui qui des deux n’en a fait qu’un, et qui a renversé le mur de séparation, l’inimitié, 15 ayant anéanti par sa chair la loi des ordonnances dans ses prescriptions; il a voulu créer en lui-même avec les deux un seul homme nouveau, en établissant la paix, 16 et les réconcilier avec Dieu l’un et l’autre en un seul corps, par la croix, en détruisant par elle l’inimitié. 17 Il est venu annoncer la paix à vous qui étiez loin, et la paix à ceux qui étaient près; 18 car par lui les uns et les autres nous avons accès auprès du Père, dans un même Esprit.

19 Ainsi donc, vous n’êtes plus des étrangers, ni des gens du dehors; mais vous êtes concitoyens des saints, gens de la maison de Dieu. Éphésiens 2.11-19

Dieu ouvre sa maison aux nations de la Terre entière ! La conclusion de Paul sur la diversité des peuples :

11 Il n’y a ici ni Grec ni Juif, ni circoncis ni incirconcis, ni barbare ni Scythe, ni esclave ni libre; mais Christ est tout et en tous.

12 Ainsi donc, comme des élus de Dieu, saints et bien-aimés, revêtez-vous de sentiments de compassion, de bonté, d’humilité, de douceur, de patience. 13 Supportez-vous les uns les autres, et, si l’un a sujet de se plaindre de l’autre, pardonnez-vous réciproquement. De même que Christ vous a pardonné, pardonnez-vous aussi. Colossiens 3.11-13

Dieu est en droit de me juger, de vous juger, de juger toutes les nations. Combien d’années faudrait-il qu’il attende ? Un jour, il le fera. Mais il veut avant ce jour, sauver un peuple nombreux, provenant de toutes les nations.

9 Après cela, je regardai, et voici, il y avait une grande foule, que personne ne pouvait compter, de toute nation, de toute tribu, de tout peuple, et de toute langue. Ils se tenaient devant le trône et devant l’Agneau, revêtus de robes blanches, et des palmes dans leurs mains. Apocalypse 7.9

Conclusion : Dieu n’est pas raciste. Il est à l’origine-même de l’anti-racisme véritable.

Il est vrai que les chrétiens de diverses époques ont été racistes et aujourd’hui encore il faut lutter contre ce mal en nous. Mais la Bible nous donne les outils pour le combattre. C’est en approfondissant notre obéissance au texte révélé que nous sommes transformés pour être conformes à la volonté de Dieu (Romains 12.2), pas en nous en éloignant pour souscrire à des idéaux antiracistes fondés dans des sentiments modernes qui, en réalité, trouvent leurs racines dans la vision du monde biblique.

“Mais attends ! On m’a dit que Jésus est raciste dans les évangiles ! C’est vrai ?”

Dans un deuxième article, je vais aborder et expliquer une histoire dans les évangiles qui est utilisée à tort pour faire de Jésus-Christ un raciste.