Jésus, condamné à mort par Allah ?

par | Mai 26, 2019 | Apologia Islam | 0 commentaires

Cet article fait partie d’une série d’articles répondant aux arguments de la Communauté Musulmane Ahmadiyya qui affirme que Jésus est allé à la croix, mais n’y est pas mort. 

Allah promet la mort à Jésus

À bien des égards, la communauté ahmadiyya facilite le travail d’annonce de l’évangile auprès des autres musulmans. À partir du Coran ils tirent la conclusion que Dieu à fait la promesse à Jésus de le mettre à mort. Le Coran déclare :

« (Rappelle-toi) quand Allah, dit : « Ô ‘Isa (Jésus), certes, Je vais mettre fin à ta vie terrestre (mutawaffeeka), t’élever vers Moi, te débarrasser de ceux qui n’ont pas cru et mettre jusqu’au Jour de la Résurrection, ceux qui te suivent au-dessus de ceux qui ne croient pas. Puis, c’est vers Moi que sera votre retour, et Je jugerai, entre vous, ce sur quoi vous vous opposiez. » (Coran 3.55) (traduction renouvelée de l’ancienne traduction du professeur Hamidullah)

Il est étonnant de remarquer que le terme « mutawaffeeka » dans ce verset n’a pas toujours été traduit par « mettre fin à ta vie terrestre ».

« Dans une édition précédente et non retravaillée de la traduction du Professeur Hamidullah, » ce verset se lit ainsi :

Lorsque Dieu dit : « Ô Jésus, voici que je vais t’achever et t’élever vers moi, et te purifier de ceux qui ont mécru, et mettre jusqu’au Jour de la Résurrection ceux qui te suivent au-dessus de ceux qui mécroient. Et, vers moi, en vérité, est votre retour. Puis, Je jugerai entre vous, ce sur quoi vous disputez. »

Il y a une véritable bataille herméneutique (d’interprétation des textes) entre les traducteurs musulmans sunnites modernes et les traducteur ahmadis, orientalistes ou tout simplement plus anciens.

Comparons deux traductions de ce verset :

Traduction sunnite moderne Traduction orientaliste ancienne

C’est alors que Dieu dit : « Ô Jésus-Christ (a.s) ! Je vais mettre fin à ta mission sur Terre, t’élever vers Moi, te purifier, te débarrasser des négateurs et placer ceux qui t’ont suivi au-dessus de ceux qui t’ont renié jusqu’au Jour dernier. À la fin, vous ferez tous retour vers Moi et Je trancherai alors vos différends.

(Le Noble Coran – Nouvelle traduction française du sens de ses versets – Éditions Tawhid )

Dieu dit à Jésus-Christ (a.s) : Je te ferai subir la mort et je t’élèverai à moi ; je te délivrerai des infidèles, et j’élèverai ceux qui t’ont suivi au-dessus de ceux qui ne croient pas, jusqu’au jour de la résurrection. Vous retournerez tous à moi, et je jugerai vos différends. (Sourate 3.55)

(Albert Félix Ignace Kazimirski 1840)

 

Pour les sunnites modernes, quid de la notion de la mort ? Pour les orentalistes, les ahmadis et le professeur hamidullah , il ne peut être que question de la mort.

À l’évidence, le verbe Tawaffa a le sens de la mort dans le Coran.

  • Soit la mort physique où l’âme est séparée définitivement du corps. (2.241, 3.194, 4.16, 4.98, 6 .62, 7.127, 8.50, 10.46, 10.105, 22.5, 32.11, 47.27)
  • Soit le sommeil pendant lequel l’âme est prise par Dieu temporairement (2x dans le Coran : 6.60, 39.43)

Malheureusement, les sunnites cherchent par des traductions alambiquées et d’épais commentaires linguistiques à donner à ce verset un sens qui soutiendrait leur conception. Les ahmadis ont cette honnêteté d’avouer que la mort est belle et bien décrite ici.

Le célèbre commentateur Ibn Kâhtir commentait au 10 ème siècle ce verset 3.55 ainsi :

« Il y a eu une divergence dans les opinions en commentant les termes : « C’est Moi qui mettrai fin à ta mission et te rappellerai à Moi ».

 – D’après Qatada : Je vais t’élever à moi et te faire mourir.

– D’après Ibn Abbas : Je vais te faire périr et t’élever.

– D’après Wahb Ben Mounabbeh : Dieu a fait mourir Jésus trois heures au début de la journée quand iI l’a élevé vers Lui.

– D’après Matar Al-Wan^aq et Ibn Jarir : Sa mort en ce bas monde n’a pas été une mort réelle mais il s’agit de son ascension au ciel.

Mais la majorité a jugé que ce n’était pas une mort effective, mais plutôt un genre de sommeil en se basant sur les sens de ces deux versets :

– C’est Lui qui vous rappelle durant la nuit (Coran VI, 60)

– Dieu accueille les âmes au moment de leur mort : Il reçoit aussi celles qui dorment, sans être mortes (Coran XXXIX, 42). »

L’attribution d’une forme de sommeil à ce verset n’était pas l’avis de Qatada (compagnon du prophète) et Ibn Abbas (cousin du prophète et expert du Tafsîr et du Coran). D’autres y ont vu une mort réelle mais temporaire. Cette option du someil ne peut que nous laisser perplexe au regard de la multiplicité des usages du verbe tawaffa dans le Coran.

Là où en revanche les ahmadis devraient aller plus loin encore, c’est dans l’étude du contexte de ce verset qui corrobore les rapports consignés dans les évangiles comme je vais le montrer dans le prochain article.